Actualités

 

 

 

 

Les 3B et les 3H ont participé ce lundi 16 octobre à la dictée ELA avec leurs enseignantes, Mme Lemaire et Mme Seigneuret. Loin d'être une dictée ordinaire, cette dictée permet d'instaurer un moment d'échanges avec les jeunes élèves sur des valeurs telles que le respect, la solidarité et le handicap.

Après un visionnage d'une vidéo d'une quinzaine de minutes présentant l'association, la place des enfants handicapés en France, les différents types de handicap mais surtout l'importance de participer aux actions solidaires quelles qu'elles soient, Mme Seigneuret a lu la dictée, rédigée cette année par le prix Goncourt Leïla Slimani. Les élèves ont écrit, avec beaucoup de sérieux, ce beau texte :

 

Le docteur Buren est un peu excentrique. Louis le connaît depuis toujours et ne s’en étonne plus. Sa maman dit même qu’il fait partie de la famille. Le docteur Buren fait diversion à la tristesse, il ne nous laisse jamais le temps de pleurer ou de nous plaindre. Comme il est très distrait, il lui arrive de faire des choses étranges. Quand son téléphone sonne, il porte la bouteille d’eau à son oreille et crie : « Allô, vous m’entendez ? ». Il boutonne sa blouse n’importe comment et il passe son temps à chercher les lunettes posées sur son crâne.

Le docteur Buren raconte à Louis des histoires fantastiques où des petits garçons mangent des fleurs magiques et visitent des pays qui ne se trouvent sur aucune carte. Souvent, le médecin s’arrête avant la fin et fait semblant d’avoir un trou de mémoire. Il se gratte le menton, prend un air embêté et il dit : « Oh mais c’est rageant ! Impossible de me souvenir de comment ça se termine. C’est l’âge, mon petit Louis. Dis, tu ne me trouverais pas une fin pour cette histoire ? Tu ne vas pas me laisser comme ça, avec ce goût d’inachevé, non ? »

Alors, pour faire plaisir au docteur Buren, Louis se met à inventer des mondes où rien n’est impossible. Des ailleurs qui lui donnent de la force pour affronter la vraie vie. Son histoire préférée, c’est celle des baskets magiques que le docteur Buren prétend avoir trouvées un matin devant sa porte. « Je ne suis pas le seul tu sais. On va tous enfiler nos baskets et se mettre à courir pour toi. A toi de jouer maintenant. Invente une fin à cette histoire tu veux ? »

 

Ensuite, par classe, ils se sont mis en commun pour choisir le texte qu'ils souhaitaient présenter à leurs professeurs, celui qu'ils considéraient comme sans erreur. La difficulté a été de choisir sans se parler. En effet, afin de les sensibiliser à cette maladie rare qui empêche les enfants de parler, ils ont dû communiquer uniquement par signe. Pour finir, ils ont dû expliquer, in english of course, pourquoi ils avaient choisi cette copie plutôt qu'une autre. Mme Lemaire, professeur d'anglais, a animé ce débat et nos élèves ont pu montrer leur aisance dans la langue de Shakespeare !

Enfin, pour conclure avec la dictée ELA, les élèves ont pu débattre sur l'importance de participer à des actions sociales. Ils ont compris que rien que le fait de participer à une dictée permettait aux enfants malades de se sentir soutenus et compris. Nul doute que cet acte de citoyenneté sera suivi par bien d'autres. Les élèves ont montré une grande maturité dans leur réflexion, ont été touchés par l'initiative de leurs professeurs et sont repartis heureux d'avoir pu collaborer à un événement majeur pour la lutte contre la maladie.

 

 

  • Dictée ELA

  • Publié le: 2017-10-16

  • Auteur: Mme Seigneuret

  • Rubrique: Actualités